2.3K

Côte-d’Ivoire : Les FRCI coupables de violations graves


Par : Serges Côte-d’Ivoire : Les FRCI coupables de violations graves

Les forces républicaines de Côte-d’Ivoire (FRCI) sont selon Human Rights Watch coupables d’exactions. Cette armée est celle qui par le soutien de l’armée française à bouter l’ex-président de Gbagbo hors de son bunker. Elle a fortement soutenue le président Ouattara dans sa lutte contre le pouvoir.

Toutefois aujourd’hui encore dans un contexte post-crise les FRCI ne semblent pas avoir changer de cap. Ils sont toujours en opposition avec le camp Gbagbo et n’hésitent à procéder à des lynchages et tueries pour divers prétexte.

Toutefois aujourd’hui encore dans un contexte post-crise les FRCI ne semblent pas avec franchit le cap. Ils sont toujours en opposition avec le camp Gbagbo et n’hésitent à procéder à des lynchages et tueries pour divers prétexte.

En effet, le régime Ouattara fut l’objet de nombreuses attaques menaçant de renverser son pouvoir. Logiquement ces attaques ont été attribué aux militants du FPI qui à l’époque soutenait la présence de Gbagbo au pouvoir. De la sorte les FRCI ne se gênent pas pour violenter des personnes sans preuve concrète. Tout ceci sous le regard du gouvernement Ouattara qui fait mine de ne rien voir. On cri partout que tout va bien. On prétend rechercher la réconciliation et l’unité nationale. Mais dans la pratique ca reste à voir.

Les FRCI sont plus des rebelles ou insurgés qui ont oubliés qu’il n’y a plus de guerre que des membres d’une armée nationale. Dans les quartiers, ils terrorisent les populations, leurs arrachent de forces leurs bien (voitures, argents) et n’hésitent pas à les battre en cas de résistance. Ils rackettent les transports en commun. Ils sont même loués comme tueurs à gages. Le problème des FRCI a été plusieurs fois soulevé par les populations. Mais rien n’est encore fait. L’impunité n’arrange pas les choses.

Sous des allures de paradis, la Côte-d’Ivoire est un volcan qui ne va pas tarder à exploser si rien n’est fait assez tôt.

Partager
  • 772
    partages